À voir bientôt
À voir bientôt
 
 

2009-11-18
181109 S.Atleo DES VALEURS À PARTAGER

Le 18 novembre, le Chef national des Premières Nations, de passage à Cacouna, rencontrait la presse régionale. À la fin de la rencontre, sur une question du journaliste de l'EPIK portant sur les valeurs communes aux peuples autochtones, Monsieur Atleo a pu exprimer clairement sa vision des valeurs humaines, communes à tous les peuples, quelque soit leur origine, et préciser sur lesquelles de ces valeurs doit se fonder le dialogue, la communication, d'où pourront naître les vraies solutions.

Nous vous présentons ci-après la traduction de son commentaire.

--------------------------------

Y. ROY (pour l’EPIK)
Tous les autochtones au pays partagent-ils les mêmes valeurs et quelle serait la principale chose que les «blancs» devraient comprendre pour réaliser la difficulté pour les autochtones de vivre en conformité avec leurs valeurs?


S. ATLEO
Je pense que tout le monde est autochtone ou indigène de quelque part. Les Malécites sont les indigènes d’ici car c’est ici que sont leurs racines, ici que s’est fait le lien à la terre. Je pense que tout le monde partage ça, un lien à la terre, à un territoire. Il doit y avoir aussi un partage des valeurs de respect, d’amour profond et d’attention les uns envers les autres, et la capacité d’être bon et amical. Je peux voir, d’après votre histoire, que les Malécites étaient plutôt amicaux, et bienveillants, mais que ça n’a pas été réciproque. Je pense que ce sont là des valeurs humaines à partager et que ce n’est pas correct pour un peuple d’être déconnecté de sa culture. Dans le passé, on croyait que c’était la chose à faire et que ce serait pour le bien des Indiens. Ça n’a pas été le cas. Les citoyens de votre communauté (Cacouna) doivent comprendre que nous savons que ce n’est pas de leur faute. Ce n’est pas la faute du maire, du ministre ou du Premier ministre. Ce n’est sûrement pas non plus la faute de la Grand Chef si elle s’est retrouvée en plein cœur de Montréal, déconnectée de la terre qui, de droit, était celle de ses ancêtres, et, de droit aussi, la sienne et celle de ses descendants.
On reconnaît que des excuses sont sincères lorsqu’elles débouchent sur le rétablissement de la relation qui avait été rompue. La relation avec les peuples autochtones a été très profondément brisée et c’est beaucoup plus grave qu’une simple incompréhension. C’est pourquoi nous encourageons les maires, les ministres, les leaders à tous les niveaux, fédéral, provincial et municipal, d’examiner avec soin leurs relations avec les Premières nations, de réaliser les graves injustices qui se sont produites et de travailler de concert avec nous. Si nos peuples sont capables de guérir, de s’épanouir et de prospérer, ce pays pourra alors réaliser tout son potentiel. Et ça peut commencer ici et maintenant entre les Malécites et leurs voisins, ces communautés qui ont aussi une longue et riche histoire.
Voyons donc comment nous pouvons ensemble nous bâtir un avenir meilleur; redonner à chacun un lien à la terre et à ses racines; assurer aux jeunes, à tous les jeunes et c’est très important, l’accès à l’éducation; la possibilité pour les jeunes Malécites d’apprendre leur langue et de retrouver leur origine et leur identité comme peuple malécite.
Il y a au-delà de 50 langues différentes à travers le pays. Ce n’est pas seulement l’anglais et le français. Même le nouveau guide des immigrants parle de trois nations fondatrices : les Premières Nations, les Francophones et les Anglophones. Les Français, les Anglais et les Autochtones, dont les Malécites font partie. Nous avons été trop longtemps oubliés, dans des endroits comme ici. Mais nous nous relevons; une importante renaissance se produit sur tout le continent. Loin d’être un combat contre nos voisins, nous faisons plutôt appel à eux pour nous accompagner dans cette quête de justice pour tous. Nous voulons ainsi tracer la voie vers un avenir commun bien meilleur.
---------------------------------------------------------

 

Reportage et photos: Yvan Roy

www.journalepik.com

Retour aux actualites



Parutions

Commentaires

ARTICLES

Histoire et patrimoine

Actions/Enjeux

Publications